Deauville vu par Robert Capa

Evénements | Marqué avec Laisser un commentaire

Deauville-photoParce que Deauville, a toujours, attiré les plus grands photographes, la ville leur consacre depuis trois ans, une exposition, sur les célèbres Planches. Après Jacques Henri Lartigue et les frères Séeberger qui ont photographié la vie mondaine et les élégantes habillées par les grands couturiers, c’est la vision de Deauville par Robert Capa, en août 1951, qui est présentée aujourd’hui. La Ville de Deauville, en collaboration avec l’International Center of Photography (ICP) de New York expose des reproductions grand format de 30 photos (dont 23 inédites) du célèbre reporter photographe.

Course-de-Deauville

Ralph B. Strassburger aux courses de Deauville en août 1951 – Robert Capa © International Center of Photography / Magnum

Deauville comme sujet photographique

Bien loin de ses sujets habituels, mais parce qu’il avait besoin de développer son agence Magnum, il accepte une commande du magazine américain Holiday sur Deauville. Capa connaissait déjà la Normandie à travers le débarquement qu’il avait couvert six ans auparavant. Le magazine publiera son article en septembre 1953, peu avant sa mort.

Robert-Capa-photos

A gauche : Samba au Brummel en août 1951 – Robert Capa © International Center of Photography / Magnum, A droite : Balançoires devant l’Hôtel Royal en août 1951 – Robert Capa © International Center of Photography / Magnum

De la jet set aux familles ordinaires

En 1951, Deauville était une destination à la mode et populaire. Robert Capa photographia la clientèle internationale et bourgeoise venue profiter des nombreux loisirs proposés par la ville balnéaire : Casino, courses de chevaux, baignade, fêtes mondaines …

Il s’intéressa aussi au brassage social : les célébrités côtoyant les familles ordinaires, “les riches et les pauvres jouant côte à côte”.

Robert Capa, un photographe de légende

Robert Capa est né à Budapest en 1913. Contraint de quitter la Hongrie à 17 ans en raison de ses activités antifascistes, il part travailler à Berlin dans une agence de photographie. Il réalise son premier reportage en 1932, à Copenhague. En 1933, il s’installe à Paris et se lie d’amitié avec d’autres photographes comme Henri Cartier-Bresson, André Kertesz ou David Seymour.

Robert Capa devient alors le plus grand reporter de guerre du XXème siècle, couvrant cinq conflits : la guerre civile en Espagne (1936-1939), la résistance chinoise à l’invasion japonaise (1938), la seconde guerre mondiale en Europe (1941-1945), la première guerre israélo-arabe (1948) jusqu’à la guerre d’Indochine (1954) où il meurt à l’âge de 40 ans en mai 1954.

  • Exposition Le Deauville de Robert Capa – En plein-air sur Les Planches de Deauville
  • Du 25 juin au 30 septembre 2011, accès libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *