La femme et les bijoux Art nouveau

Histoire | Marqué avec Laisser un commentaire

Bijoux anciensBroches, bagues, bracelets, pendentifs, colliers, diadèmes, fermoirs de manteaux, ornements de cheveux…  Plus de 250 bijoux artistiques sont présentés au « Driehaus Museum » de Chicago. Ils sont dus à des créateurs qui, à la fin du XIXème siècle et au début du XXème, ont révolutionné le monde de la bijouterie joaillerie. Comme son nom l’indique, l’exposition Maker & Muse : Women and Early Twentieth Century Art Jewelry a pris les femmes pour thème central. Non seulement ce type de bijoux leur était destinés, mais elles étaient très souvent aussi partie prenante dans leur élaboration. Pour la première fois durant cette période, des femmes ont dirigé des studios de création et de grandes figures féminines sont intimement associées aux mouvements artistiques de l’époque. Avec des motifs audacieux, la symbolique féminine a aussi largement inspiré les grands designers-hommes de l’époque. Véritables œuvres d’art miniatures, les bijoux exposés sont mis en perspective grâce à des photographies, des affiches et des objets d’époque.

Peigne

Peignes Nénuphars – Ella Naper, 1906, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © Photo John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Bijoux

A gauche : Collier aigue marine dans sa boite d’origine – Mme Philip (Charlotte) Newman, 1890, Angleterre – Collection Tereza M. M. Driehaus, A droite : Collier « La vénus » – Joseph A. Hodel, 1905, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Des femmes pionnières en bijouterie joaillerie

Première femme à être admise à la « Jewellers Guild » de Londres, Charlotte Newman (1840-1927) a ouvert la voie aux femmes dans le mouvement britannique Arts and Crafts. L’exposition « Maker & Muse » présente quatre œuvres de style renaissance de celle qui était plus connue sous le nom de Mme Philip Newman.

Bijoux

Broche – Mme W.H. (Elinor) Klapp, 1895/1914, Etats-Unis – Collection de la famille Bronson © Photo Firestone et Parson

« Maker & Muse » consacre naturellement une large place aux Etats-Unis, où le mouvement Art Nouveau fut particulièrement actif au début du XXème siècle. Parmi les œuvres emblématiques exposées, on découvre les dessins originaux de Julia Munson (1875-1971) qui fut la première directrice de l’atelier de joaillerie du new-yorkais Louis Comfort Tiffany (1848 – 1933). Créateur de plusieurs entreprises, celui-ci a dirigé des équipes de designers et d’artisans qualifiés comprenant de nombreuses femmes.

Bijoux

A gauche : Pendentif dans sa boîte d’origine – The Art Silver Shop, 1920, Etats-Unis – Collection Boice Lydell, A droite : Collier – The Kalo shop, 1900, Etats-Unis – Collection Neil Lane © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

L’exposition « Maker & Muse » permet aussi d’admirer des œuvres exceptionnelles issues des ateliers de Chicago qui ont eu une influence déterminante dans le mouvement Arts & Crafts. Sont notamment présentées : une broche de Mrs. W.H. (Elinor) Klapp (1845-1915) qui travaillait dans sa maison familiale ainsi qu’un collier de la « Kalo Shop » fondée en 1900 par Clara P. Barck et cinq autres jeunes créatrices.

Bijoux Lalique

A gauche : Pendentif/broche Chrysanthème – René Lalique, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus © 2014 Artistes Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris  A droite : Pendentif aigue marine – René Lalique, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus © 2014 Artistes Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Bijoux

A gauche : Broche panneau – René Lalique, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus © 2014 Artistes Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris, A droite : Broche Sylphe ailée – René Lalique, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus © 2014 Artistes Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

La femme comme source d’inspiration dans l’Art Nouveau

Icône française de l’Art nouveau, René Lalique (1860-1945) est lui aussi largement représenté au Musée Driehaus avec ses broches, colliers et pendants d’oreille mettant en valeur le corps de la femme.

Bijoux

A gauche : Broche femme japonaise avec parapluie – Antoine Bricteux, 1900, France – Collection Nelson Rarities, Inc, A droite : Pendentif visage en ivoire – Léon Gariod, 1900, France – Collection Nelson Rarities, Inc © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Bijoux

A gauche : Pendentif « Trois grâces » – Joë Descomps, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus, A droite : Boucle de ceinture – Créateur inconnu, 1900, France – Collection Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Caractéristique également de l’Art nouveau Français, on peut admirer le pendentif « Les trois grâces » de Joë Descomps (1872-1948).

Bijoux

A gauche : Broche hotesse – Berthold Löffler, Wiener Werkstätte, 1907, Autriche – Collection de Richard H. Driehaus, A droite : Broche sirène – Karl Rothmüller, 1900, Allemagne – Collection de Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Bijoux

A gauche : Pendentif – Josef Hoffmann, Wiener Werkstätte, 1904, Autriche – Collection privée, A droite : Collier carte de dance – Josef Hoffmann, Wiener Werkstätte, 1909, Autriche – Collection Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Le « Wiener Werkstäte » est, quant à lui, représenté par Berthold Lôffler (1874-1960) et surtout par l’architecte autrichien Josef Hoffmann (1870-1956) son fondateur. La broche d’hotesse du Cabaret Fledermaus, établissement conçu à l’origine par Hoffmann, est une œuvre phare de l’exposition.

Bijoux

Broche fermoir Poulpe – Wilhelm von Lucas Cranach, 1900, Allemagne – Collection Richard H. Driehaus © Photo John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Grâce à la broche fermoir « Octopus », l’exposition « Maker & Muse » permet de découvrir l’œuvre de Wilhelm von Lucas Cranach (1861-1918) chef de file allemand du bijou symboliste.

Bijoux

A gauche : Collier – Nelson Dawson et Edith Dawson, 1904, Angleterre – Collection de Neil Lane, A droite : Pendentif Galion – Henry Charles Barker, 1915, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Une période de renouveau

Les œuvres présentées à l’exposition « Maker & Muse » le sont généralement pour la première fois en public. Elles appartiennent pour la plupart à Richard H. Driehaus, fondateur du musée éponyme. Il a commencé à acquérir des bijoux et œuvres de la période Art Nouveau dans les années 1990. Aujourd’hui ses collections brossent un vaste tableau de la bijouterie internationale durant la période allant de l’ère victorienne à la première guerre mondiale.

Couronne

Tiare en forme de maïs – Frederick James Partridge pour Liberty & Co., 1900, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © Photo John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Très audacieux, les bijoux se caractérisent par l’inventivité des formes, l’emploi de nouveaux matériaux – dont les pierres semi précieuses -, des couleurs vives, des ornementations inspirées de la nature… Les joailliers – hommes et femmes – ont initié de nouveaux styles portés par de grands mouvements artistiques.

Bijoux

A gauche : Collier en émail double face – Attribué à la Guild of Handicraft, 1900, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © 2014 Artistes Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris A droite : Pendentif – The Artificers’ Guild, 1900, Angleterre – Collection Richard H. Driehaus © Photos John A. Faier, 2014, The Richard H. Driehaus Museum

Né en Angleterre dans les années 1860 en réaction aux dérives de l’industrialisation, « Arts and Crafts » fut l’inspirateur de « l’Art nouveau » en France et en Belgique et du « Jugendstil » en Allemagne et en Autriche. La plupart des pays européens – Pays Bas, Italie, Suisse, Russie… – ont été influencés ainsi que les Etats-Unis avec notamment les ateliers de New York et Chicago.

  • Exposition Maker & Muse : Women and Early Twentieth Century Art Jewelry – The Richard H. Driehaus Museum – 40 East Erie Street – Chicago, Illinois 60611 – Etats-Unis – Du 14 février 2015 au 3 janvier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *