La bague et les bijoux de Peau d’Ane, le film

Evénements | Marqué avec Laisser un commentaire

Jacques DemyDepuis le XVIIIème siècle et Charles Perrault, quelle petite fille n’a pas rêvé de porter, comme Peau d’Ane,  une robe « couleur du temps », « couleur de lune » ou « couleur de soleil » ? Aujourd’hui, ces robes ont une incarnation : celles du film de Jacques Demy dont la projection suscite l’égal engouement des enfants, des mamans … et des grands mères. C’est ce que rappelle l’exposition sur Le monde enchanté de Jacques Demy organisée par la Cinémathèque de Paris et le catalogue richement illustré qui l’accompagne. Autant que l’histoire – assez sulfureuse -, ce sont les décors, les costumes et les accessoires qui emportent l’enthousiasme.

Affiche Peau d'ane film

A gauche : Affiche originale du film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Jim Leon, Succession Demy, 2003, A droite : Robe couleur de lune de la princesse © Photo Notes Précieuses

Les parures et ornements

Dans Peau d’Ane, le film de Jacques Demy, pierres précieuses et bijoux abondent. D’abord, ils ornent les superbes toilettes de l’héroïne (Catherine Deneuve) et de sa malicieuse marraine la fée (Delphine Seyrig).

collier fée Peau d'ane

La Fée des Lilas- Delphine Seyrig dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Ici, nous sommes dans le domaine du merveilleux et les styles et les époques cohabitent joyeusement.

Jean Marais

Le Roi bleu – Jean Marais dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Les pierres précieuses et l’or de l’âne banquier

Bijoux et pierres précieuses jouent aussi un rôle clé à plusieurs niveaux de l’intrigue. Ainsi, dès le départ, en gage d’amour, le Roi (Jean Marais) accepte de sacrifier son âne banquier, qui lui donnait pourtant chaque jour des kilos d’or et pierres précieuses.

Peau d'ane

A gauche : Maquette de la robe couleur de lune de la princesse, dessin sur calque monté sur carte, technique mixte – Agostino Pace, pour le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 – La Cinémathèque française, Paris, A droite : Maquette du costume du Roi, dessin sur calque monté sur carte, technique mixte – Agostino Pace pour le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 – La Cinémathèque française, Paris © Photos Notes Précieuses

Il a satisfait tous les caprices de sa fille : après les robes couleur de temps, de lune et de soleil, il lui offre la dépouille de son pourvoyeur de richesse. On notera que Perrault a emprunté ce principe fort d’ »un âne crottant de l’or » à un autre conte.

Catherine Deneuve Peau d'ane

La princesse – Catherine Deneuve dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Un conte de fées charmant

Point n’est besoin de rappeler l’histoire : une reine moribonde avait fait promettre au roi de n’épouser en secondes noces qu’une femme plus belle et plus intelligente qu’elle. Or, dans tout le royaume, une seule personne pouvait se prévaloir de telles qualités : sa propre fille. Cela ne dissuada en rien le roi bien décidé à l’épouser.

Peau d'ane

La princesse en Peau d’Ane, photographie de tournage – Catherine Deneuve dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Sur les conseils de la fée sa marraine, la princesse conditionna son acquiescement à des exigences apparemment irréalisables auxquelles son père répondait pourtant à chaque fois. Pour échapper à ce père incestueux, elle n’eut finalement plus d’autre ressource que se vêtir de la peau d’âne et s’enfuir. Dans un autre royaume, elle se plaça comme souillon dans une ferme.

Catherine Deneuve

La princesse – Catherine Deneuve dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

La bague de la princesse dans un cake d’amour

Un jour, qu’elle avait revêtu sa robe de soleil, le prince du lieu (Jacques Perrin) la voit et en tombe amoureux. Il exige que celle qu’il a brièvement aperçue lui confectionne un gâteau. Ce qui amuse beaucoup les fermiers qui ne soupçonnent pas que sous « Peau d’Âne » se cache une femme ravissante.

Jacques Perrin

Le prince s’adressant à la rose – Jacques Perrin dans le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Une femme rouée de surcroit, qui avait laissé tomber son anneau dans la pâte à gâteau. Le Prince, qui avait trouvé cette bague précieuse, déclara qu’il épousera celle qui pourra la passer à son doigt. Seule « Peau d’Âne » y parviendra et redeviendra princesse.

Costume

A gauche : Maquette du costume du prince, dessin sur calque monté sur carte, technique mixte – Agostino Pace, pour le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970, A droite : Maquette de la robe d’Automne de la princesse, encre sur calque monté sur carte, technique mixte – Agostino Pace, pour le film Peau d’Ane de Jacques Demy, 1970 © Agostino Pace

Ici l’anneau – plus encore que la pantoufle de Cendrillon – symbolise une promesse d’union. En envoyant sa bague au prince, la jeune femme lui signifie implicitement qu’elle s’offre à lui. Cet épisode est sans doute à l’origine de la coutume de la fève du gâteau des Rois.

Jacques Demy et Catherine Deneuve

Jacques Demy et Catherine Deneuve sur le tournage du film Peau d’Ane, 1970 © Photo Michel Lavoix, Succession Demy, 2003

Peau d’Ane, le film

Ce film musical baroque, tourné en 1970 dans les châteaux de Chambord et du Plessis-Bourré, mêle habilement romantisme fantastique du XIXème siècle et poésie surréaliste du XXème siècle. L’esthétisme du film est inspiré par les mouvements psychédéliques découvert par Demy pendant son séjour aux Etats-Unis. Un hommage appuyé est aussi rendu à Jean Cocteau, avec de nombreuses références au film La Belle et la Bête : la présence de Jean Marais, les chandeliers et les statues humaines, le miroir qui permet de voir à distance, les jeux de ralenti. Et bien sûr, les chansons inoubliables de Michel Legrand.

  • Exposition Le monde enchanté de Jacques Demy – La Cinémathèque française – 51, rue de Bercy – 75012 Paris – Du 10 avril au 4 août 2013
  • Peau d’Ane – Film de Jacques Demy, 1970

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *