Marilyn Monroe : Ses bijoux, ses photos, sa vie ….

Evénements | Laisser un commentaire

The last sittingToujours aussi envoûtante ! Cinquante ans après sa disparition tragique, Marilyn Monroe, reste une icône. En témoignent les nombreuses expositions qui lui sont consacrées : en France, au Musée Maillol de Banyuls-sur-Mer, à la Galerie de l’Instant à Paris ; en Italie au Forte di Bard, pôle culturel de la Vallée d’Aoste ; en Allemagne à la LudwigGalerie de Oberhausen ; à la National Portrait Gallery de Londres… La plupart de ces expositions mettent en relief les photos de Bert Stern, réalisées cinq semaines avant la mort de l’actrice au mythique Hôtel Bel Air de Los Angeles. Ce photographe des stars a su ériger Marilyn en œuvre d’art : « merveilleuse, tragique et gardant à jamais ses 36 ans ». C’est la tragédie qui l’a rendue immortelle. On retrouve toute la « magie Marilyn » dans le superbe ouvrage Norman Mailer, Bert Stern : Marilyn Monroe, publié – en édition collector et grand public – chez Taschen. Ce livre est la synthèse d’un classique de la littérature dû à Norman Mailer et d’une séance photo de légende. Marilyn y apparaît comme l’incarnation de la beauté triomphante, mais à tout moment menacée. C’est une de ces héroïnes que l’art a dévoré par la peinture, la sculpture et… ici par la photographie.

Photo Marilyn Monroe

A gauche : Marilyn Monroe, portrait au collier de perles, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy Musée Maillol Banyuls sur Mer, A droite : Marilyn beads, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy édition Taschen

Les bijoux de Marilyn Monroe

“Elle traversait un mauvais moment à cause de sa santé, de sa carrière et des hommes” nous dit Bert Stern. Se rendant à l’Hôtel Bel Air, il voulait photographier Marilyn nue. C’est pourquoi il avait pris avec lui des écharpes en mousseline et quelques bijoux. Des bijoux accessoires, provenant des collections de mode de Vogue, Dior, Chanel, Gucci, mais pas des joyaux de grand prix ; cela n’aurait cadré ni avec l’actrice ni avec le moment.

« Diamonds are girl’s best friend », c’était du cinéma ! Il ne fallait pas prendre au pied de la lettre cette profession de foi chantée en 1953 par Marilyn dans « Les hommes préfèrent les blondes ». L’actrice n’a jamais été à proprement parler une croqueuse de diamants.

S’il lui arrivait d’arborer dans les diners en ville le « Moon of Baroda », superbe diamant jaune canari de plus de 24 carats, c’était pour les besoins de la promotion du film.

Pour la première de « Comment épouser un millionnaire », célébrée en grande pompe sur Wilshire Boulevard à Los Angeles, elle portait de splendides boucles d’oreilles en diamants. Un soin particulier avait été apporté à son apprêt pour l’occasion : habillage, toilette, parure, maquillage ont duré 6h … Mais pratiquement tous les composants de sa tenue appartenaient au studio.

Photos Marilyn Monroe

A gauche : Portrait Marilyn Monroe, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy Sammlung Reichelt und Brockmann Mannheim, LudwigGalerie, A droite : Marilyn Monroe, black dress, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy Musée Maillol Banyuls sur Mer

Dans la vie de tous les jours, Marilyn portait essentiellement des bijoux fantaisie. C’est donc naturellement ce type de bijoux qui fut utilisé pour « The last sitting ». Sur certaines images, elle joue malicieusement avec des colliers colorés sans réelle valeur marchande.

Marilyn Monroe Bert Stern

A gauche : Art Edition B : Contact sheet, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy édition Taschen,  A droite : Marilyn Monroe, Crucifixion II (Crucifix II), The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy Musée Maillol Banyuls sur Mer

Son collier de perles de culture

L’un des rares bijoux de valeur auxquels Marilyn tenait était son collier de 44 perles de culture Akoya avec fermoir en platine et diamants. Il lui avait été offert en 1954, en cadeau de lune de miel, par son mari, Joe Di Maggio, légende du Base-ball.

Notons que l’actrice avait contribué alors à lancer aux Etats Unis les perles de culture, « inventées » par les Japonais vingt ans plus tôt.

Bert Stern Marilyn Monroe

A gauche : Marilyn Monroe, Baby, The last sitting – Bert Stern, 1962, A droite : Marilyn Monroe avec un drap, The last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy Musée Maillol Banyuls sur Mer

Les dernières photographies de Marilyn Monroe : The last sitting de Bert Stern

En 1962, Bert Stern est déjà un photographe réputé qui a immortalisé de nombreuses stars. C’est dans l’avion revenant de Rome, où il avait photographié Liz Taylor sur les plateaux de “Cléopâtre”, qu’il fait le vœu de photographier Marilyn Monroe. L’idée séduit Vogue et de son côté Marilyn accepte. De surcroît, elle accepte de poser nue et démaquillée.

Les séances de pause s’effectuèrent durant douze heures d’affilée. Le résultat fut exceptionnel. Mais, trop osées, les images sont refusées par Vogue qui propose à Stern de refaire le reportage avec une Marilyn, cette fois, habillée et maquillée. Elle accepte.

Le shooting complet produira quelque 2571 photos. Sur les planches contact, Marilyn Monroe avait barré d’un « X  » au marqueur les photos qui ne lui convenaient pas. Pour les photos couleur, elle avait marqué son « X » directement sur la pellicule, avec une épingle à chignon.

Marilyn Monroe photos

Marilyn contact sheet, the last sitting – Bert Stern, 1962 © Bert Stern, courtesy édition Taschen

Vogue publiera dix pages habillées. Certains nus apparaîtront dans le premier numéro du magazine Eros. Les photos de « The last sitting » feront l’objet de nombreuses expositions partout dans le monde.

C’est Bert Stern qui les choisit toujours, en nombre réduit, sélectionnant au fil des ans des images différentes. On peut ainsi faire de nouvelles découvertes, comme à Banyuls-sur-Mer.

Marilyn Monroe photo

A gauche : Marilyn Monroe, in bed with wine, The last sitting – Bert Stern, 1962, Archival pigment print, A droite : Marilyn Monroe with sheet, Elbows up, The last sitting – Bert Stern, 1962 – Archival pigment print © Bert Stern, courtesy Forte di Bard

Marilyn n’était jamais venue en Italie. L’exposition “Marilyn, The last sitting. Bert Stern” au Fort de Bard fait découvrir au public transalpin l’une des femmes les plus photographiées au monde. Cette découverte s’effectue à travers le regard de Bert Stern. L’exposition inclut également quelques photographies inédites de la diva qui illustrent l’évolution de l’actrice et de la femme.

A travers une centaine de clichés, la LudwigGalerie d’Oberhausen présente Marilyn Monroe vue par Bert Stern et Leif-Eric Nygard, son assistant pour la dernière séance, mais aussi par George Barris, Allan Grant, Milton H. Greene, autres photographes renommés. Il y a aussi la célèbre photo du calendrier et celle de la couverture du premier Play Boy, toutes deux dues à Tom Kelley.

Marilyne Monroe

A gauche : Cecil Beaton photographiant Marilyn Monroe à l’Ambassador Hotel de New York le 22 février 1956 – Ed Pfizenmaier, 1956 © Ed Pfizenmaier, courtesy National Portrait Gallery, A droite : Dernière photo de Marilyn photographiée le 6 juillet 1962 – Allan Grant, 1962 © Allan Grant, courtesy Sammlung Reichelt und Brockmann Mannheim, LudwigGalerie

A la National Portrait Gallery de Londres, ce sont essentiellement les couvertures de magazines qui célèbrent la transformation, de 1947 à 1962, d’une pin-up de calendrier en star hollywoodienne. Dans « Marilyn Monroe : a british love affair », on la découvre en compagnie des célébrités du moment. On peut admirer les photos de Ted Baron, Antony Beauchamp, Cecil Beaton, Jack Cardiff et également de  Milton Greene et André de Dienes.

La Galerie de l’Instant à Paris montre le même éclectisme dans le choix des photos qui illustrent un parcours qui va “de Norma Jean à … Marilyn”.

Marilyn Monroe photos rares

A gauche : Edith Sitwell et Marilyn Monroe – George Silk pour Life, 1953 © Time Inc, courtesy National Portrait Gallery, A droite : Marilyn Monroe et Roy Ward Baker dans le film « Don’t bother to knock » de 1952 © Private collection of Nicholas Baker, courtesy National Portrait Gallery

La biographie de la star

Marilyn Monroe biographie

Marilyn Monroe par Norman Mailer et Bert Stern © Courtesy Taschen

Quant au livre  des éditions Taschen, il associe aux photos de Stern, l’un des plus grands photographes portraitiste américains, l’imposant texte de Norman Mailer (1923-2007) l’un des écrivains marquants du XXe siècle et l’une des figures littéraires les plus controversées des États-Unis.

Si l’actrice évoquait pour toute une génération glamour et érotisme, sa vie privée restait celle d’une femme fragile, en quête perpétuelle d‘amour et de sécurité.

La Marilyn de Mailer est magnifique, tragique et complexe. Il retrace la vie de l’actrice : de son enfance déprimante à la consécration, jusqu’aux circonstances mystérieuses de son décès.

Les traductions du texte de Mailer sont disponibles en allemand depuis 1992 et aujourd’hui en espagnol et en français. « Norman Mailer, Bert Stern : Marilyn Monroe », une bonne idée cadeau pour Noël qui approche.

  • Ouvrage Norman Mailer, Bert Stern : Marilyn Monroe – Norman Mailer et Bert Stern – Relié sous coffret – Edition Taschen, 2012
  • Exposition Marilyn, photographiée par Bert Stern – Musée Maillol Banyuls sur Mer – Vallée de la Roume – 66650 Banyuls sur Mer – France – Du 13 juin au 28 octobre 2012
  • Exposition Marilyn, the last sitting. Bert Stern – Forte di Bard Valle d’Aoste – 11020 Bard – Vallée d’Aoste – Italie – Du 10 juin au 4 novembre 2012
  • Exposition De Norma Jean à … Marilyn – La Galerie de l’instant – 46, rue de Poitou – 75003 Paris – France – Du 13 septembre au 30 décembre 2012
  • Exposition Marilyn Monroe in fotografien von George Barris, Allan Grant, Milton H. Greene, Tom Kelley, Leif-Eric Nygård und Bert Stern The last sitting – LudwigGalerie Schloss Oberhausen – Konrad-Adenauer-Allee 46, 46049 Oberhausen – Allemagne – Du 23 septembre 2012 au 13 janvier 2013
  • Exposition Marilyn Monroe : A british love affair – National Portrait Gallery’s – St Martin’s place – London WC2H OHE – Angleterre – Du 29 septembre 2012 au 24 mars 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *