Turquoise, lapis lazuli, saphir et gemmes bleues dans l’art et l’archéologie à Namur

Expositions | Marqué avec Laisser un commentaire

La-pierre-bleueLes 200 objets et gemmes présentés actuellement au Musée provincial des Arts anciens du Namurois – Trésor d’Oignies ont tous un point commun, la couleur bleue. L’exposition « Regards sur le bleu » convie le visiteur à la découverte de tous les bleus d’origine minérale. On y trouve bien sûr des turquoises, saphirs, lapis-lazuli, sous forme de pierres brutes et de bijoux ; mais aussi des émaux, des porcelaines, des sculptures et des peintures et autres objets décoratifs et rituels où domine le bleu. De la Préhistoire à nos jours, le bleu a fasciné les hommes qui l’ont célébré sous forme de pierres précieuses ou semi-précieuses mais également de pigments pour la polychromie.

Pendentif-turquoise

A gauche : Boucles d’oreilles de dignitaire en or, turquoise, perles, verre – Début du XXème siècle – Tibet – Collection privée Au centre : Bijou de dignitaire avec Garuda en or, turquoise, rubis et lapis-lazuli – 1900 – Tibet – Collection privée, A droite : Perles de cheveux et petit Gau en or turquoise et argent – XVIIIème siècle – Tibet – Collection Ghysels © G. Focant, Vedrin

Dans de nombreuses civilisations, le bleu a d’emblée été prisé comme l’attestent certaines œuvres que l’on peut admirer à Namur : perles de cheveux en or et turquoises du Tibet, collier en Lapis lazuli d’Afghanistan, boucles d’oreilles en turquoise. On peut aussi admirer des richesses en provenance d’Égypte, de Chine, du Mexique, du Moyen-Orient et d’Europe.

Collier-lapis-lazuli

A gauche : Collier en Lapis lazuli – Afghanistan – 2000 avant JC – Collection Staf Van Roy Bruxelles, Au centre : Gau en or, turquoise, corail, lapis lazuli, diamant, grenat – XIXème siècle – Népal – Collection privée – Bruxelles, A droite : Boucle de dignitaire en or et turquoise – 1900 – Tibet – Collection privée – Bruxelles © G. Focant, Vedrin

Même si en Europe occidentale, l’engouement pour le bleu est plus tardif. Dans son livre « Histoire d’une couleur » et dans le catalogue de l’exposition, l’historien médiéviste français Michel Pastoureau révèle que les Grecs et les Romains n’appréciaient pas le bleu, synonyme de barbare.

Bague-saphir

A gauche : Collier en turquoise et cuivre – Afghanistan – IIème millénaire avant JC – Collection Staf Van Roy, Bruxelles, A droite : Anneaux épiscopaux en or et saphir – 1216-1240 – Ecole indéterminée – Collection Fondation Roi Baudouin – Namur, Musée provincial des Arts anciens du Namurois, Trésor d’Oignies © SPW/G. Focant, Vedrin

Ce n’est qu’à partir du XIIème siècle que la tendance s’est progressivement inversée au point de faire du bleu la couleur préférée des Occidentaux.

Collier-pierre-naturelle

A gauche : Collier en lapis lazuli – Afghanistan – 2000 avant JC – Collection Staf van Roy, Bruxelles, Au centre : Collier avec pendentifs, amulettes en pierres précieuses, coquillage et verre coloré – 1500-500 avant JC – Afghanistan – Collection privée © G. Focant, Vedrin

C’est surtout par la route de la soie, empruntée par les grandes caravanes qu’arrivaient les pierres précieuses, les plus convoitées étant le lapis-lazuli d’Afghanistan et la turquoise de Perse.

Le-bleu

Différentes vitrines de l’exposition © Musée provincial des Arts anciens du Namurois

Toison-d-or-Louis-XV

Reproduction Toison d’or Louis XV © H. Horowitz

Le point fort de l’exposition « Regards sur le bleu » est la présentation, pour la première fois, de la reconstitution à l’identique de la Toison d’Or de Louis XV qui en son centre possède le célèbre diamant bleu.

Cette réplique du chef d’œuvre de Jacquemin est l’œuvre du joaillier genevois Herbert Horovitz avec la collaboration de François Farges et son équipe.

On peut aussi voir ou revoir le documentaire-fiction « À la poursuite du diamant bleu », de Thierry Piantanida et Stéphane Bégouin, diffusé et produit par Arte, consacré à la saga de ce fameux diamant bleu de Louis XIV.

  • Exposition Regards sur le bleu : Turquoise, saphir, lapis et autres minéraux bleus dans l’art et l’archéologie – Musée provincial des Arts anciens du namurois Trésor d’Oignies (Trema) – Hôtel de Gaiffier d’Hestroy – 24, rue de Fer – B-5000 Namur – Belgique – Du 9 septembre 2011 au 15 janvier 2012
  • Catalogue Regards sur le bleu – Sous la direction de J. Toussaint – Collection Monographies du Musée provincial des Arts anciens du Namurois, n° 51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *