Collection de coquillages à Lausanne

Expositions | Marqué avec Laisser un commentaire

CoquillagesParce que les mollusques étaient partout, sur terre, en mer et dans les déserts, les premiers Hommes en ont fait la base de leur nourriture. Parce que leur coquille était souvent belle et toujours résistante, ils en ont fait des parures et des bijoux, des armes, des ustensiles et des outils. Ils ont également utilisé les coquillages comme monnaie ou en tant que matière première. C’est ce que révèle l’exposition « Gare aux coquilles ! » du Musée de zoologie de Lausanne qui présente le coquillage sous tous ses aspects. Elle s’adresse autant aux spécialistes de la … conchyliologie qu’aux néophytes.

Collection-coquillages

A gauche : Collection de coquillage – Collection Charpentier, A droite : Vue de l’exposition © MZL, Michel Krafft

Les coquillages ont un capital sympathie très élevé. Les expressions populaires leur empruntent d’ailleurs beaucoup. Ne dit-on pas « bâiller comme une huître », « sortir de sa coquille » … N’évoque-t-on pas encore aujourd’hui les « grenouilles de bénitier », comme au temps où c’étaient de vrais coquillages qui recueillaient l’eau bénite ?

Les-coquillages

A gauche : Coquillage « Astrée », A droite : Coquillage « Epitonium Scalare », collection Gillieron © MZL, Michel Krafft

Durant leur développement, pour se protéger, les molusques sécrètent une coquille calcaire. Les Hommes se la sont appropriées comme la parure par excellence.

Coquillages-nacre

A gauche : Bivalve porte-monnaie, Au centre et à droite : Nautiles gravés © MZL, Michel Krafft

Les coquillages ont été une des premières formes de bijoux, bien avant l’invention des perles de verre ou de terre. Il peuvent être utilisés tels quels ou « travaillés ». Très résistants, ils peuvent être percés, limés ou aiguisés. Ils supportent aussi la chaleur d’un four. C’est au XVIIe siècle, avec la mode des cabinets de curiosités, que s’est répandue l’engouement pour les coquillages qu’il s’agisse des « naturalia », splendeurs naturelles, ou des « artificialia », travaillés par l’homme.

Violet-coquillage

A gauche : Coquille St-Jacques « Pecten Glaber » – Collection Pratig, A droite : Coquillage « Janthina Violacea » – Collection Gillieron © MZL, Michel Krafft

Avec la nacre, la teinture pourpre ou la soie marine, les coquillages offrent aussi des matériaux précieux utilisés dans l’art et la bijouterie. Pendant plus de 4000 ans, divers coquillages ont également servi de monnaie : ils ont été plus utilisés qu’aucune autre paléo-monnaie tels le sel, les céréales, le thé ou le tabac. Certains coquillages produisent des sons et servent d’instruments de musiques. De nombreuses religions en ont fait des instruments de culte … Bien d’autres fonctions encore à découvrir à Lausanne.

  • Exposition Gare aux coquilles ! Collections de coquillages – Musée de Zoologie – Palais de Rumine, Place de la Riponne 6 – Lausanne – Suisse
  • Du 27 mai 2011 au 8 janvier 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>