Insignes, médailles, décorations du Second Empire au musée de la légion d’honneur

Evénements | Laisser un commentaire

Expo-bijoux-medaillesC’est au cœur du XIXème siècle que nous mène le Musée National de la Légion d’honneur et des Ordres de Chevalerie. En regroupant les décorations de l’Empereur Napoléon III, du Prince impérial et de l’Impératrice, l’exposition Écrins Impériaux brosse un tableau, aussi rigoureux que chatoyant, de l’histoire diplomatique, militaire et économique du Second Empire. Ici, chaque bijou raconte une histoire, une victoire, un accord, une amitié … La présentation de ce trésor, sauvé miraculeusement de l’incendie des Tuileries, s’inscrit dans la continuité de l’exposition « Ecrins impériaux, l’apparat et l’apparence » présentée en 2010 au musée national du Château de Compiègne qui évoquait la vie brillante et fastueuse de la cour durant le Second Empire. L’exposition présente également le médaillier des insignes du maréchal Vaillant, grand maréchal du Palais, dont la richesse et la diversité rivalisent avec ceux de l’Empereur.

Ruban-medaille

A gauche : Vue extérieure du musée de la légion d’honneur et des ordres de la chevalerie, A droite : Vue de l’exposition Ecrins Impériaux © Photos Notes Précieuses

Medailles-et-decorations

Décorations de Napoléon III © Photos Notes Précieuses

Les médailles de Napoléon III

Les décorations ont toujours joué un rôle dans les relations entre les Etats. Symboles de « reconnaissance, d’alliance et de fidélité », elles soulignent, dans le cadre de cette exposition, les moments forts du règne de Napoléon III raconté depuis son accession à la présidence de la République en décembre 1848 jusqu’à sa chute et la proclamation de la République de 1870, en passant bien sûr par le rétablissement de l’empire en 1851.

Medaille-legion-d-honneur

A gauche : Cuirasse de l’Empereur ornée du collier de la Légion d’honneur – François Désiré Froment Meurice, 1802-1855, Au centre et à droite : Plateau-écrin des décorations françaises de Napoléon III. Ordre de la légion d’honneur, Collier de Jean-Paul Robin, orfèvre à Paris, Musée national du Château de Fontainebleau, Plaque de grand-croix, modèle de joaillerie en strass d’Ouizille Lemoine, orfèvres à paris, Insigne de grand-croix, modèle de joaillerie en diamants d’Ouzille lemoine, orfèvres à paris, musée de la Légion d’honneur, Emplacement vide destiné à l’insigne de grand-croix réglementaire v(or et émaux), Plaque de grand-croix d’Ouizille Lemoine, Insignes de chevalier, Médaille militaire, Médaille commémorative de la campagne d’Italie © Photos Notes Précieuses

Certaines pièces évoquent :

  • le mariage avec Eugénie de Montijo,
  • la naissance d’un fils,
  • les campagnes militaires,
  • les expositions universelles,
  • les visites officielles qui ont également donné lieu à des remises et à des échanges de médailles.
Medailles-officielles

A gauche : Décorations du prince Impérial, Empereur de Russie : Plaque de chevalier de Julius keibel, Orfèvre à Saint Petersbourg, Insigne fabriqué par Edouard F. Dietwald, orfèvre à Saint Petersbourg – Ordre de l’Aigle blanc, 1865, Au centre : Décorations du Prince Impérial, Royaume du Portugal : Insignes de grand-croix – Ordre de la Tour et de l’Epée, 1861, A droite : Décorations du prince Impérial (1856-1879) : Empereur de Russie, Insignes de chevalier de Julius keibel, Orfèvre à Saint Petersbourg, 1855 – Ordre de Saint-Alexandre Nevski © Photos Notes Précieuses

Grandeur de la France à l’international

L’exposition universelle de 1867, particulièrement, apparaît comme l’apothéose du Second Empire : la fête impériale bat alors son plein et les très nombreux souverains de passage à Paris arborent leurs ordres flamboyants.

Cette incroyable profusion de bijoux et de rubans chatoyants que présente l’exposition « Ecrins impériaux » est un témoignage unique.

Minutieusement rangés dans des plateaux gainés de moire et de velours, ces joyaux témoignent de l’ambition internationale d’un monarque soucieux de la grandeur de la France dans un monde en pleine mutation.

Attribution-medaille-militaire

Décorations de Napoléon III (1808-1873), Royaume du Portugal, Au centre : Collier, bijou et plaque – Insignes de grand-croix, Ordre de la Tour et de l’Epée (1852), A droite : Collier, bijou et plaque – Insignes de grand-croix, Ordre de saint-Jacques de l’Epée, 1865 © Photos Notes Précieuses

Medailles-militaires

A droite : Tableau représentant l’Empereur Napoléon III – F.X Winterhalter (1805-1873), dépôt du musée d’Orsay, Au centre et à droite : Décorations de Napoléon III, Empereur du Mexique : Insignes de grand-croix au collier, collier fabriqué par Kretly, orfèvre à Paris – Ordre de l’Aigle du Mexique, 1865 © Photos Notes Précieuses

Les colliers des différents ordres

Les écrins présentés, propriété du château de Compiègne, contiennent les ordres de près de quarante pays différents et parmi les plus prestigieux. On peut notamment admirer :

  • le Collier de l’ordre de la Jarretière remis à l’empereur en 1855 par la reine Victoria pour célébrer la réconciliation de la France avec le Royaume Uni ;
  • le Collier de l’éphémère ordre de l’Aigle du Mexique, concédé à Napoléon III dès la création de l’ordre par l’empereur Maximilien ;
  • le Collier de l’ordre de Saint-André de Russie, assorti de tous les insignes des principaux ordres russes, accordé à l’empereur et au prince héritier qui vient de naître par une Russie qui souhaite s’allier à la France …
Insignes-et-medailles

A gauche : Décorations de Napoléon III, Royaume de Sardaigne : Petit collier et plaque, Insignes de chevalier – Ordre de l’Annonciade, 1849, Au centre : Décorations de Napoléon III, Royaume de Sardaigne, A droite : Décorations du Prince Impérial, Royaume d’Espagne : Insigne, Ordre de la Toison d’or, 1856 © Photos Notes Précieuses

Les Insignes proviennent de toute l’Europe et rivalisent de richesse, tels les splendides bijoux de Saint-Hubert de Bavière, la Toison d’or enrichie d’un saphir …

Au plan émotionnel, une place particulière est faite à la Médaille commémorative de la campagne d’Afrique du Sud attribuée à titre posthume au nom du Prince impérial tué au combat contre les Zoulous et remise à sa mère.

  • Exposition Ecrins impériaux, splendeurs diplomatiques du Second Empire – Musée de la légion d’honneur et des ordres de la chevalerie – 2, rue de la légion d’honneur, Parvis du musée d’Orsay – 75007 Paris – Du 19 janvier au 29 mai 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *